Actualités

 

Le e-commerce et l'Union européenne

09/07/2020

Ce qu'il faut connaître sur le e-commerce dans l'Union européenne. 

L'Union européenne définit le e-commerce ou le commerce électronique « [...] comme la vente ou l'achat de biens ou de services, que ce soit entre entreprises, ménages, particuliers ou organisations privées, par le biais de transactions électroniques effectuées via internet ou d'autres réseaux informatisés (communication en ligne). »

 

Le e-commerce répond à trois exigences :

 

  • une activité économique ;
  • la fourniture d'un bien ou d'un service ;
  • une transaction réalisée par voie électronique.

Reconnu pour être un bon complément du commerce physique, il présente l'avantage de couvrir de manière permanente un large secteur géographique.

 

Assimilé aux ventes à distance ou par correspondance, le e-commerce fait l'objet d'un encadrement particulier, notamment en B2C.

 

Quelles sont les principales obligations inhérentes au professionnel ?

 

  • obligation d'information pré-contractuelle - de manière lisible et compréhensible vous devez indiquer :

vos coordonnées (identité, adresse postale, électronique, le cas échéant un numéro de téléphone) ;

 

– les principales caractéristiques du bien ou du service ;

 

les modalités de livraison et de retour (qui supporte les frais, les conditions...) ;

 

le prix et les frais inhérents à la transaction (le prix du bien ou du service, les moyens de paiement acceptés, garantie, acompte, le cas échéant les frais supplémentaires possibles selon la législation du pays) ;

 

le droit de rétractation (le formulaire dédié, les conditions d'exercice, le cas échéant l'obligation incombant au consommateur de s'acquitter de certains frais (ex. : service déjà fourni, renvoie du bien...), les exceptions à son application (ex. : denrées périssables, altération du bien) ) ; 

A noter : le consommateur bénéficie d'un délai de 14 jours pour se rétracter, sans pénalité ni justificatif. S'agissant des biens, ce délai court à compter de la livraison. Pour les services, le délai débute à compter de la conclusion du contrat.
 
– les clauses contractuelles (les conditions de résiliation, la durée du contrat...) ;

 

– les garanties (ex. : la garantie légale) ;

 

– les modes de résolution des litiges prévus (ex. : règlement amiable).

 

A noter : Vous ne pouvez pas pré-cocher de case dans votre contrat pour des services ou frais additionnels.

 

  • Le professionnel doit fournir une confirmation de la conclusion du contrat par écrit (voie postale ou électronique) au plus tard au jour de la livraison du bien ou, avant l'exécution de la prestation service.

 

  • A défaut d'indication, le professionnel devra livrer son bien ou exécuter sa prestation au plus tard dans les 30 jours suivants la conclusion du contrat.
 

Quelles sont les dernières évolutions de la réglementation e-commerce ?

 

Afin de dynamiser le secteur du e-commerce, l'UE a pris des mesures visant à simplifier et à harmoniser les législations européennes. Les derniers changements notables en matière de vente à distance concernent la TVA, en particulier :

 

  • la mise en place d’un seuil unique de 10 000 euros au-delà duquel la TVA du pays de livraison s'appliquera ;

 

  • la mise en place du guichet unique (OSS) qui permettra aux assujettis de s’immatriculer dans un seul État membre pour l’ensemble des opérations intracommunautaires lorsque le seuil unique est dépassé.

 

L’entrée en vigueur desdits changements est prévue pour le 1er janvier 2021. Néanmoins, elle pourrait être repoussée de 6 mois en raison de la pandémie liée à crise de la Covid-19.

Autres actualités

Accord UE/Nouvelle-Zélande : entrée en vigueur le 1er mai 2024

30/04/2024

Pour rappel, l’UE et la Nouvelle-Zélande ont signé le 9 juillet 2023, un ambitieux accord de libre-échange, dont l’entrée en vigueur permettra une augmentation du commerce bilatéral allant jusqu’à 30 % sur dix ans, ainsi qu’une augmentation des exportations annuelles de l’UE susceptibles de s’élever à 4,5 milliards d’euros. Il entrera en vigueur le 1er mai 2024. 

Preuves de l’origine préférentielle (EUR.1, EUR-MED) et certificats ATR : les copies autorisées en raison de la crise de Covid-19 ne seront plus acceptées à compter du 1er mai 2024

30/04/2024
En raison de la crise de Covid-19, la Commission européenne avait mis en œuvre des mesures exceptionnelles concernant l’émission des certificats d’origine préférentielle et ATR, lesquelles sont supprimées à compter du 1er mai. 

Union douanière UE-Turquie : précisions apportées par la douane sur les certificats de circulation dit ATR

30/04/2024

Pour rappel, les certificats dits ATR sont des documents exclusivement réservés aux échanges couverts par l’Union douanière entre l’UE et la Turquie. Ils attestent qu’une marchandise circule librement dans le cadre de cet accord, de son statut douanier et permettent le bénéfice d’un traitement préférentiel.

Toute l'actualité