Actualités

 

L’accord sur le Brexit rejeté par le Parlement britannique : quelles conséquences ?

28/01/2019

Le parlement britannique a rejeté le 15 janvier l’accord de retrait conclu entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni. 

 
Le retrait du Royaume-Uni  étant prévu le 29 mars 2019, celui-ci pourra être considéré comme « hard » en l’absence de tout accord ou comme « soft » si un accord entre l’UE et le Royaume-Uni intervient avant le 25 mars.
 
Le retrait « hard » aboutirait à la fin de la libre circulation des capitaux, des marchandises, des services, des personnes (travailleurs, étudiants, voyageurs) et de la liberté d’établissement et ce dès le 29 mars, sans aucune période transitoire.
 
Si un accord est conclu et signé par les deux Parties alors, la libre circulation des biens continuera de s’appliquer pendant la période de transition soit jusqu’au 31 décembre 2020. Après cette période, les relations commerciales entre les sociétés européennes et britanniques seraient régies en partie par les règles édictées par cet accord. Les deux Parties pourraient ainsi convenir de dispositions relatives au libre-échange.
 
En revanche, en l’absence de tout accord, le Royaume-Uni sera considéré par les Etats membres de l’UE comme un pays tiers avec lequel aucun accord commercial n’existe. Ainsi, dès le 29 mars, des barrières tarifaires seront rétablies avec des droits de douanes et des droits d’accises variables selon les produits.
 
La fin de la libre circulation des marchandises conduirait au rétablissement de formalités douanières ou encore des formalités sanitaires et phytosanitaires. Les règles de mise sur le marché britannique d’un produit européen pourraient également évoluer. 
 
Il convient donc aux entreprises de rester vigilantes sur  les négociations en cours entre l’UE et le Royaume-Uni. Si un accord est conclu avant le 25 mars, la fin de la libre circulation des biens interviendra qu’après une période transitoire se terminant le 31 décembre 2020. Si au contraire aucun accord n’est convenu, le Royaume-Uni sera considéré comme un pays tiers dès le 29 mars 2019, impliquant entre autre la mise en place de barrières tarifaires, non tarifaires et des formalités liées au dédouanement.
 

Autres actualités

Accord UE/Nouvelle-Zélande : entrée en vigueur le 1er mai 2024

30/04/2024

Pour rappel, l’UE et la Nouvelle-Zélande ont signé le 9 juillet 2023, un ambitieux accord de libre-échange, dont l’entrée en vigueur permettra une augmentation du commerce bilatéral allant jusqu’à 30 % sur dix ans, ainsi qu’une augmentation des exportations annuelles de l’UE susceptibles de s’élever à 4,5 milliards d’euros. Il entrera en vigueur le 1er mai 2024. 

Preuves de l’origine préférentielle (EUR.1, EUR-MED) et certificats ATR : les copies autorisées en raison de la crise de Covid-19 ne seront plus acceptées à compter du 1er mai 2024

30/04/2024
En raison de la crise de Covid-19, la Commission européenne avait mis en œuvre des mesures exceptionnelles concernant l’émission des certificats d’origine préférentielle et ATR, lesquelles sont supprimées à compter du 1er mai. 

Union douanière UE-Turquie : précisions apportées par la douane sur les certificats de circulation dit ATR

30/04/2024

Pour rappel, les certificats dits ATR sont des documents exclusivement réservés aux échanges couverts par l’Union douanière entre l’UE et la Turquie. Ils attestent qu’une marchandise circule librement dans le cadre de cet accord, de son statut douanier et permettent le bénéfice d’un traitement préférentiel.

Toute l'actualité