Actualités

 

Coronavirus / COVID-19 : les armateurs s'adaptent à la pandémie.

21/04/2020

Les transporteurs CMA CGM et MSC adaptent leurs offres pour aider les exportateurs à faire face à la pandémie.

Le groupe CMA CGM (Compagnie Maritime d'Affrètement et Compagnie Générale Maritime), est l'un des leader mondial de transport maritime par conteneurs. Il dessert 160 pays autour du globe au travers 420 ports sur 521 répertoriés et est présent sur 285 routes maritimes.

 

Ce géant adapte son offre à la pandémie. Le premier armateur français de transport maritime par conteneur apporte diverses solutions pour aider les exportateurs à faire face à la crise du Covid-19 notamment au travers du « Buisness Continuity Pack » et du « Delay in transit ». Les mesures proposées ont pour but d'adapter le rythme des expéditions en priorisant selon le caractère essentiel de la marchandise transportée (denrées alimentaires, dispositifs médicaux …) tout en soutenant l'activité économique notamment en permettant la poursuite de l'activité à distance via une plateforme numérique et en protégeant la marchandise.

 

« Le Delay in transit » en particulier est un dispositif permettant aux exportateurs de pouvoir stocker leurs marchandises conteneurisées dans un hub dédié jusqu'à ce que le réceptionnaire puisse les recevoir à la destination indiquée par le connaissement. Il s'agit là, d'un moyen de rationaliser les coûts liés notamment à l’entreposage ou au stockage.

 

Ce système est déjà présent sur une majorité des territoires de la planète:

 

  • Aux Amériques : Kingston
  • En Europe du Nord : Algésiras, Le Pirée
  • A l’Ouest de la Méditerranée et l’Adriatique : Algésiras, Malte
  • A l’Est de la Méditerranée et la Mer Noire : Tripoli (Liban), Malte
  • En Afrique de l’Ouest : Tanger Med
  • En Asie et Pacifique : Singapour, Pusan
     

De même le transporteur MSC (Mediterranean Shipping Company) autre leader mondial du transport maritime par conteneur adapte son offre.

 

Cet autre colosse du transport maritime conteneurisé présent dans 500 ports et 200 voies maritimes propose un nouveau programme : « Supension of Transit » (SOT).

 

Ce programme instaure plus de flexibilité. Il vise à permettre aux chargeurs d'adapter leur livraison au besoin des réceptionnaires. Pour cela, plusieurs espaces de stockages de conteneurs ont été prévus sur les différents continents (en Europe-Méditerranée, aux Amérique, en Afrique et en Asie). Ces espaces de stockage ont pour but de conserver la marchandise pour permettre de l'expédier en fonction de la reprise d'activité.

 

MSC affirme « Notre programme vous offre des économies substantielles. Il vous permet de contrôler vos coûts de stockage au moment de la réservation plutôt que de faire face à des coûts d'entreposage et de stockage incontrôlés, des surestaries, des indemnités journalières et des amendes potentielles à destination. »

 

 

Pour aller plus loin

 

Autres actualités

Accord UE/Nouvelle-Zélande : entrée en vigueur le 1er mai 2024

30/04/2024

Pour rappel, l’UE et la Nouvelle-Zélande ont signé le 9 juillet 2023, un ambitieux accord de libre-échange, dont l’entrée en vigueur permettra une augmentation du commerce bilatéral allant jusqu’à 30 % sur dix ans, ainsi qu’une augmentation des exportations annuelles de l’UE susceptibles de s’élever à 4,5 milliards d’euros. Il entrera en vigueur le 1er mai 2024. 

Preuves de l’origine préférentielle (EUR.1, EUR-MED) et certificats ATR : les copies autorisées en raison de la crise de Covid-19 ne seront plus acceptées à compter du 1er mai 2024

30/04/2024
En raison de la crise de Covid-19, la Commission européenne avait mis en œuvre des mesures exceptionnelles concernant l’émission des certificats d’origine préférentielle et ATR, lesquelles sont supprimées à compter du 1er mai. 

Union douanière UE-Turquie : précisions apportées par la douane sur les certificats de circulation dit ATR

30/04/2024

Pour rappel, les certificats dits ATR sont des documents exclusivement réservés aux échanges couverts par l’Union douanière entre l’UE et la Turquie. Ils attestent qu’une marchandise circule librement dans le cadre de cet accord, de son statut douanier et permettent le bénéfice d’un traitement préférentiel.

Toute l'actualité